Accéder au contenu principal

Top albums 1968


Retour de mes tops albums année par année, de la plus récente à la plus ancienne. J'en étais arrivé à 1968. 50 ans donc. Une année où les excellents disques sont pléthore, bien plus qu'actuellement. Une époque où il y avait encore des choses à inventer. La pop n'en était encore qu'à ses débuts, avec sur le podium, peut-être les trois plus grands albums de son histoire.  Carrément.

10. Gérard Manset - Gérard Manset
"Je suis dieu" nous dit Manset sur ce premier disque forcément un peu maladroit, mais c'est ce qui fait son charme. Tout est déjà là : les arrangements de cordes un peu pompeux, les paroles mélancoliques et misanthropes et les ambitions mégalo. On devine - avec le recul, c'est plus facile - la carrière à venir. En solitaire. Mais avec une intégrité exemplaire. Manset reste un cas à part. 

9. The Velvet Underground - White Light / White Heat 
Presque tout le monde est d'accord là-dessus : les quatre premiers disques du Velvet Underground sont des classiques indémodables. "White Light / White Heat", leur deuxième, est le plus sombre, le plus barré, le plus rock. Mais comme pour les autres, des tas de groupes viendront y puiser leur inspiration. Le disque a en partie été enregistré live (la mythique "Sister Ray") en une prise (d'acide ?). Brut, sans concession et d'une incroyable modernité. 

8. Harry Nilsson - Arial Ballet 
Harry Nilsson est le trait d'union parfait entre la folk américaine de Simon and Garfunkel et la pop ultra-melodique des Beatles. S'il a eu du succès, c'est surtout pour sa reprise de Fred Neil, "Everybody's talkin", sur la BO de "Macadam Cow-boy". C'est injuste car Nilsson valait bien plus que ça. Il suffit pour cela de réécouter ses premiers disques de la fin des années 60, par exemple, ce magnifique "Arial Ballet", qui porte admirablement bien son nom, pour s'apercevoir de son incroyable talent de songwriter et de chanteur. 

7. Os Mutantes - Os Mutantes 
La musique brésilienne a connu un succès notable à la fin des années 60, par le biais de Caetano Veloso, Tom Ze, Joao Gilberto, Gilberto Gil et aussi du rock, avec les Os Mutantes, dont la musique foutraque, mélangeant allègrement tous les genres (en témoigne sur ce premier disque une reprise de Françoise Hardy en français dans le texte et une autre des Mamas & Papas), reste aujourd'hui encore d'une incroyable fraîcheur. 

6. The Millenium - Begin 
Ce disque, merveille de pop lumineuse, orchestrée et mélodique comme seules les années 60 pouvaient en produire reste l'un des disques les plus coûteux de l'époque. Le drame, c'est qu'il n'eût aucun succès public. Pourtant, c'est tout le gratin des musiciens de studio de ce qu'on a appelé la sunshine pop californienne - en rang desquels on retrouve bien sûr les plus connus Beach Boys et Mamas & Papas non présents ici - qui y a pris part. Suite au fiasco, la carrière de chacun des participants n'a cessé de vivoter. Dommage. 

5. The Pretty Things - S.F. Sorrow 
Un groupe anglais considéré de seconde zone a l'honneur d'enregistrer un disque dans les mythiques studios d'Abbey Road, juste après qui vous savez et le Pink Floyd et d'avoir les mêmes moyens et le même ingénieur du son que les sus-mentionnés. Les petits gars décident de prendre leur temps et bien faire les choses. Le résultat est un des premiers concepts-albums de l'histoire du rock. C'est surtout un des plus grands disques de rock psychédélique anglais.

4. Brigitte Fontaine - Brigitte Fontaine est... ?
Brigitte Fontaine est folle assurément, mais surtout géniale. Ce disque est une perle, magnifique mélange de textes poétiques d'une noirceur absolue contrebalancée par de somptueux arrangements et un féroce humour. S'il ne fallait retenir qu'un seul disque de chanson française...

3. The Kinks - The Kinks Are the Village Green Preservation Society 
Ray Davies est l'un des plus grands songwriters anglais de l'histoire et le prouve sur ce disque concept - premier disque écolo ? -, sans doute sa grande œuvre. C'est bien simple, impossible de trouver un quelconque défaut dans cet enchaînement de petits bijoux pop, tous plus beaux les uns que les autres. Et avec cette pointe d'humour British en plus : parfait.

2. The Zombies - Odessey and Oracle 
Il était difficile de rivaliser avec les génies pop de l'époque : les Beatles ou les Kinks. Pourtant, le temps de ce grandiose "Odessey and Oracle", les Zombies réussissaient cet exploit. Les chansons de ce disque tiennent du miracle et restent aujourd'hui encore d'une richesse mélodique inégalée.

1. The Beatles - The Beatles (White Album)
Le meilleur album pop de tous les temps ? En tout cas, sûrement le meilleur des Fab Four, celui qui a le mieux vieilli, qui concentre tous les talents du groupe et offre une vision panoramique de ce que peut être la musique pop. Il y en a pour tous les goûts. Chacun des morceaux de ce double album a ainsi été l'origine de carrières entières. Un chef d'œuvre, aussi indispensable hier, aujourd'hui, que demain.

Commentaires

  1. Encore une fois, un admirable classement. Je connais peu Brigitte Fontaine et j'aurais pas mis SF Sorrow si haut mais outre les "classiques" Kinks, Beatles, Zombies, rien que pour le Millenium ton top est sensationnel ! Bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso, j'aurais trouve une place pour Dylan 'John Wesley Harding' (fin Decembre 1967 ) - le premier 33 tours que j'ai achete - mais chacun a son gout.

      Tout ca et les evenements de Mai (que j'ai regarde passer a la tele de l'autre cote de la Manche): quel regal ce 1968!

      Merci, comme toujours.

      Supprimer
    2. Pour Alexandre, réécoute le Pretty Things, il est quand même sacrément riche.
      Pour Mark, jamais été un grand fan de la musique de Dylan. Il y avait aussi le premier Cohen sorti en décembre 1967, mais celui-ci devrait se retrouver dans le top de l'année précédente ;-)

      Supprimer
  2. Et bravo pour le Manset aussi ! Je réessaierai le PThings, j'en ai un souvenir mitigé, un truc un peu boursouflé même si j'avais bien aimé dans l'ensemble mais ça fait longtemps

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…