Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2017

Compilation 2017

Pour finir l'année en beauté, voici ma petite compilation du meilleur de 2017. Pourquoi 18 titres ? Pour remplir au maximum un CD audio, pardi ! Et oui, il y en a qui écoute encore de la musique sur support CD en 2017... Bonne fin d'année et à très vite - il devrait y avoir des changements sur ce blog ;-) - pour faire à nouveau le plein de musiques passionnantes...


Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Top concerts 2017

Comme les années précédentes, nous n'avons pas, maman et moi, assisté à beaucoup de concerts en 2017, du moins pas autant qu'on aurait souhaité. Mais peut-être plus que les autres années, ceux que nous avons eu la chance de voir ont été profondément marquants. Voici un rapide état des lieux du meilleur : 
5. Future Islands à la Route du Rock le 19/08 / Sleaford Mods à Rock en Seine le 26/08
Difficile de départager ces deux-là, même si leur musique est assez différente, leur prestation scénique engendre une réaction au final assez semblable : d'abord une certaine circonspection, le sentiment d'assister ensuite à une bonne blague puis enfin une envie irrésistible de bouger et de se laisser aller devant une telle débauche d'énergie. Reste pourtant une inconnue qui fait tout le charme de ces groupes, est-ce réellement à prendre au premier degré ? 

4. Vashti Bunyan au Carreau du Temple le 13/04
Là, on sait pertinemment que les choses sont plus sérieuses. Mais il se dégag…

Et toi, t'as écouté quoi en 2017 ?

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Snapped Ankles - Come Play The Trees

Depuis plusieurs décennies, les Transmusicales restent ce festival incroyablement défricheur de talents venant de tous horizons et tous continents avec comme leitmotiv que cela soit nouveau et original. Chaque année ou presque, c'est la même circonspection au moment de l'annonce de la programmation : un étonnant sentiment contradictoire, celui qui me dit que décidément je n'y connais rien en terme de nouveaux sons et que je me cantonne toujours désespérément au bon vieux rock indépendant puis celui plus positif qui me dit que chouette, j'ai plein de découvertes à faire. Bien sûr dans le lot, il y a plein de choses assez éloignées de mes goûts musicaux et dont je reste obstinément allergique. Mais il y a aussi toujours des trucs qui me plaisent comme les anglais de Snapped Ankles. Le groupe pratique une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'électro et de krautrock. Le disque, à l'image de ceux de Animal Collective, peut sembler de prime abord assez…

Sleaford Mods - English Tapas

La fin d'année approche et il m'était impossible de ne pas parler des Sleaford Mods. Parce qu'ils auront été pour moi une révélation. Oui, je sais, j'ai beaucoup de retard car c'est déjà leur neuvième disque. En tout cas, c'est le premier sorti sur un label connu, le mythique Rough Trade. Ces deux-la ont inventé une musique à nulle autre pareille et même si leurs albums se ressemblent tous, comme leurs chansons, ils ne sont pas si nombreux les groupes avec un son si immédiatement identifiable. Plus que le son cheap bricolé sur PC portable par Andrew Fearn, il y a l'incroyable gouaille de Jason Williamson, que même beaucoup d'anglophones n'arrivent pas à suivre avec son accent de Nottingham à couper au couteau. Il y est question des classes populaires, de chômage, de pubs évidemment et puis de gosses. Aussi surprenant que cela puisse paraître, Williamson en a deux et l'excellent documentaire "Bunch of Kunst" le montre même comme un pap…

Daniele Luppi & Parquet Courts - Milano

Voilà une drôle d'association : Daniele Luppi un producteur et compositeur italien, Parquet Courts, le groupe de rock indépendant américain tendance - j'ai déjà dit combien je les trouvais un poil surestimés - et la divinement barrée Karen O, chanteuse des Yeah Yeah Yeahs qui seraient en train de se reformer. Le résultat est assez étonnant. C'est pour les textes, l'Italie des années 80, de la mode avec "Milano" comme centre névralgique, de la variété produite au kilomètre - oui, tous ces groupes numéros uns au top 50 étaient pour beaucoup des formations éphémères en provenance d'Italie - qui rencontre pour la musique, le New-York des années 60-70. Andrew Savage, le leader des Parquet Courts, sait chanter d'une voix traînante comme le faisait un certain Lou Reed. La mélodie sur le premier titre n'est d'ailleurs pas sans rappeler celle de "Sunday Morning".  Par contre, Karen O apporte un côté moins convenu, une folie bienvenue. "

Alex Cameron - Forced Witness

Il était déjà présent parmi mes albums préférés l'an passé avec son premier essai, "Jumping the shark". Ce dernier datait pourtant de 2013. Il faisait en 2016 enfin l'objet d'une sortie en plus grande pompe sur un vrai label. Sur ce deuxième disque, Cameron dispose de plus de moyens et cela s'en ressent immédiatement. La production est nettement plus léchée. Le kitsch est d'autant plus mis en avant et assumé, quitte à paraître un peu "too much". Mais c'est à l'image du personnage qui se présente volontiers comme infréquentable, frimeur et misogyne. On entend pourtant quelques voix féminines, les talentueuses Natalie Mering et Angel Olsen. "Stranger's kiss", le duo avec cette dernière, constitue sans doute l'acmé de l'album. Il y a encore sur "Forced Witness" suffisamment de titres efficaces - la première moitié du disque est assez irrésistible - pour emporter la mise, malgré beaucoup de sonorités proches …

Spinning Coin - Permo

J'avais oublié à quel point les Ecossais étaient naturellement doués pour l'indie pop, cette pop modeste et un peu bancale, aux guitares mal assurées mais incroyablement mélodiques. Cette pop dont Orange Juice ou les Pastels furent en leur temps de délicieux ambassadeurs. "Permo", le premier album de Spinning Coin, nouvelle formation locale, sort d'ailleurs sur Geographic, le label de Stephen McRobbie, lui-même affilié au prestigieux Domino Records dont l'un des groupes-phare reste Franz Ferdinand. Il a aussi été réalisé avec la participation d'Edwyn Collins. En Ecosse, on a le goût de l'entraide entre générations, le sens de la transmission. La musique de ces cinq là est aussi inspirée que celle des ses aînés. Les titres sont suffisamment courts - trop, peut-être ? - pour ne pas lasser. Le fait d'avoir en Sean Amstrong et Jack Mellin, deux efficaces songwriters à l'écriture assez différente, l'un est adepte de douceurs - le très beau &qu…

Orval Carlos Sibelius - Ordre et Progrès

Une fois n'est pas coutume, c'est maman qui m'a fait écouter en premier le nouveau disque d'Orval Carlos Sibelius auquel j'étais étonnamment passé à côté. Pourtant, j'avais bien apprécié le précédent. J'aimais la pop psychédélique et chamarré de son auteur. À l'époque, il chantait en anglais et vu la concurrence dans le domaine, il paraissait difficile pour lui de sortir du lot. "Ordre et Progrès" est chanté uniquement dans la langue de Molière et c'est en plus très bien écrit. On pense immédiatement à la pop lettrée et savante d'un Arnaud Fleurent-Didier. Les mélodies y sont plus inspirées de la musique anglo-saxonne, les arrangements plus foisonnants, les textes plus distanciés aussi. Si le début du disque est formidable, "Coupure générale" est par exemple une superbe réussite, avec ses paroles qui capturent intelligemment l'époque, la suite est plus aléatoire, on s'y perd un peu, pas bien sûr de comprendre où Orva…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…

The Luxembourg Signal - Blue Field

Oui, je vois bien ce que vous allez dire, c'est gentil, sympathique, mais ça ne révolutionne rien du tout. C'est de la dream pop, de l'indie pop ou que je sais-je, du son déjà entendu des milliers de fois. Cette musique avait à la fin des années 80 l'intérêt de la nouveauté, ce n'est évidemment plus le cas. Il y avait une vraie fraîcheur dans les groupes du label mythique Sarah Records, la fraîcheur des premières fois. "Sensitive" des Field Mice reste à ce titre la chanson parfaite, indépassable, alors à quoi bon refaire la même chose en moins bien ? Les américains de Luxembourg Signal ont au moins le mérite de reprendre brillamment le flambeau, aidés au passage - bon sang ne saurait mentir - par un ancien Field Mice. Cette musique n'a jamais intéressé plus que quelques admirateurs de pop indépendante. Il y a 25 ans, comme aujourd'hui. Encore moins aujourd'hui. Sans doute. Il faut donc que cette musique soit jouée avec passion, car il paraît …

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Ghostpoet - Dark Days + Canapés

Après King Gizzard and The Lizard Wizard, voici une autre musique dont je ne suis habituellement pas très amateur. Comme quoi, je suis aussi capable de m'ouvrir à d'autres styles que le sempiternel rock indépendant ou la pop à la française. Ghostpoet est le pseudo d'un chanteur londonien d'origine nigérianne, Obaro Ejimiwe. Je l'avais vu en concert, en première partie de Metronomy, à Edimbourg, au moment de la sortie de son premier album, en 2011. Déjà, à l'époque, j'avais plutôt apprécié son originalité. Le gaillard pratique une sorte de trip-hop assez glauque, un peu politique, et en cela proche de Massive Attack. Un membre de ces derniers, Daddy G, vient d'ailleurs faire une apparition sur "Woe is meee" - comme un renvoi d'ascenseur, après la participation de Ghostpoet au troublant titre "Come Near Me" de la mythique formation de Bristol.
Ce n'est pas vraiment chanté, plutôt parlé. Ce n'est pas vraiment mélodique, c&#…

King Gizzard and The Lizard Wizard - Flying Microtonal Banana

Voilà un groupe dont je ne pouvais foncièrement pas passer à côté, déjà rien que pour le nom qu'on pourrait traduire par le Roi Gésier et le Lézard Magicien. Ensuite, parce qu'à l'instar de leur nom, les gars sont bien barrés et sortent en plus des disques à tire-larigot. Celui-ci est le premier des trois qu'ils ont déjà fait paraître en 2017 et ils ne comptent pas s'arrêter là puisqu'ils ont prévu cinq albums pour cette année. Et, en plus d'être ultra prolifiques, leurs disques ne se ressemblent pas. Pour "Flying microtonal Banana", ils - enfin, c'est surtout l'oeuvre du leader Stu McKenzie - ont décidé d'utiliser des instruments microtonaux, c'est-à-dire pour lesquels il existe moins d'un demi ton entre chaque note. Cette multitude de notes est beaucoup pratiquée dans la musique orientale. Mélangé à leur psyché garage rock, cela donne un son assez étonnant et inédit. Les Australiens sont en constante évolution et recherche, …

Metronomy - festival Printemps Solidaire - Place de la Concorde, Paris - 17 septembre 2017

Metronomy était en concert gratuit un dimanche, place de la Concorde, à Paris, dans le cadre du festival Printemps Solidarité. Le printemps, en plein mois de septembre, il y en a qui n'ont pas le sens des saisons. Comme nous n'avions pu avoir les horaires de passage des différents groupes sur Internet, nous y sommes allés un peu au hasard, espérant que le concert de la troupe de Joseph Mount aurait lieu dans l'après-midi. Parce qu'en dehors de Metronomy, c'est peu dire que la programmation ne nous intéressait pas. 18h, les anglais passaient à une heure idéale, pas trop tard pour coucher les enfants et assez pour aller profiter un tout petit peu des journées du Patrimoine dans le quartier. Malheureusement, la pluie est venue se mêler à l'affaire. On n'allait pas pouvoir rester 45 minutes - on pensait qu'étant donné le nombre considérable de formations programmées, le concert serait nettement plus court - debout, à se faire tremper. Mais ça n'a pas d…

Luna - A Sentimental Education / A Place of Greater Safety

Une "éducation sentimentale" (Flaubert) et "A Place for a Greater Safety" (Hilary Mantel), voici le retour de Luna, le futur ex-groupe du classieux couple de bobos lettrés new-yorkais Dean Wareham et Britta Philips. Leur musique est toujours biberonnée au meilleur du rock du coin, le Velvet Underground évidemment, mais pas seulement. Le premier des disques susnommés est constitué uniquement de reprises de groupes familiers, mais les chansons le sont moins. Des reprises toutes réussies, de Dylan à Bowie en passant par Cure, Mercury Rev et j'en passe, le Velvet évidemment, mais soit celui sans Reed ni Cale, soit par le biais de la reprise d'un titre de Willie Loco Alexander, remplaçant dans les années 70 de Sterling Morrison, alors que plus personne ne s'intéressait la mythique formation. On savait que Luna n'avait pas son pareil pour s'approprier et faire sien la musique des autres. Comme si tous ces
morceaux avaient été écrits par Wareham lui-m…

Chad VanGaalen - Light Information

Voilà un chanteur à côté duquel j'étais toujours passé, jusqu'à ce "Light Information". Pourtant le gars n'en est pas à son premier disque. Mais dès le premier titre, "Mind Hijacker's Curse", difficile de résister. Il y a déjà tout : une mélodie qui file tout droit, comme une évidence et vous laisse scotché. Elle n'est pas facile pourtant, il n'y a pas de simples couplets, ponts, refrains, non c'est une chanson plus tordue qu'il n'y paraît, mais qui, mine de rien, vous amène où elle veut jusqu'à vous faire succomber, un peu malgré vous. Un type capable d'un tel exploit a forcément un potentiel supérieur à la moyenne. Et là, on se dit que le gars ne réussira pas à rééditer de sitôt la performance. Mais on se rend rapidement compte que le dénommé Chad n'en a cure, il part tout de suite ailleurs. Il fait ce qu'il veut, ce qu'il aime, trace sa route, et nous embarque avec, parce que même quand la mélodie se fait …

Ariel Pink - Dedicated to Bobby Jameson

Ariel Pink a écouté un jour un obscur chanteur américain des années 60, Bobby Jameson, disparu il y a quelques années. Il est tellement tombé sous le charme du bonhomme et de sa musique assez proche de groupes de pop psychédélique comme Love qu'il a décidé de lui consacrer l'écriture entière d'un album. Véritable hommage ou simple prétexte à un concept foireux ? Il est toujours aussi difficile de cerner le sérieux de la démarche d'Ariel Pink. Pour ce qui est de la forme, il revient à un style nettement plus homogène que le magnifiquement foutraque "Pom Pom" et en cela, "Dedicated to Bobby Jameson" est assez proche de "Before Today" de 2010, que beaucoup considèrent encore comme son apogée artistique. L' américain montre une fois de plus son indéniable talent pour composer de petites vignettes pop lo-fi doucement décalées. Ce nouvel album enfile les perles mélodiques, notamment la belle triplette composée du titre éponyme, "Time t…