Accéder au contenu principal

Top concerts 2017


Comme les années précédentes, nous n'avons pas, maman et moi, assisté à beaucoup de concerts en 2017, du moins pas autant qu'on aurait souhaité. Mais peut-être plus que les autres années, ceux que nous avons eu la chance de voir ont été profondément marquants. Voici un rapide état des lieux du meilleur : 

5. Future Islands à la Route du Rock le 19/08 / Sleaford Mods à Rock en Seine le 26/08
Difficile de départager ces deux-là, même si leur musique est assez différente, leur prestation scénique engendre une réaction au final assez semblable : d'abord une certaine circonspection, le sentiment d'assister ensuite à une bonne blague puis enfin une envie irrésistible de bouger et de se laisser aller devant une telle débauche d'énergie. Reste pourtant une inconnue qui fait tout le charme de ces groupes, est-ce réellement à prendre au premier degré ? 


4. Vashti Bunyan au Carreau du Temple le 13/04
Là, on sait pertinemment que les choses sont plus sérieuses. Mais il se dégage du concert l'ancienne hippie une telle sérénité, une telle vérité qu'il paraît compliqué de ne pas être envoûté. Sa voix, son jeu de guitare, ce bonheur tout simple et non feint d'être là et de partager sa musique. Le bonheur tient à peu de choses et Vashti Bunyan le sait. Cette femme a la grâce. Magique.


3. Metronomy au festival Printemps Solidaire le 17/09
Metronomy, c'est notre groupe "maison" à maman, les enfants et moi, celui qui fait une parfaite unanimité. Alors quand la bande de Joseph Mount vient se produire à Paris, sur une scène en plein air, un dimanche après-midi, il était tout naturel d'aller y assister. Ce concert fut un incroyable souvenir, de ceux qui donnent aux enfants l'envie de monter un groupe et aux parents la fierté de leur progéniture. 

2. The Flaming Lips au Bataclan le 02/02
Un concert des Flaming Lips est toujours un évènement en soi, tellement les performances scéniques de la formation américaine ont peu d'équivalent. Alors, quand on me demandait si j'aurai envie de retourner au Bataclan après le fameux drame, je ne savais pas trop. Et puis, les Flaming Lips ont été programmés et je me suis dit que je ne pouvais pas rater ça. Seuls eux pouvaient rendre inoubliable un tel moment. Leurs chansons ne parlent d'ailleurs que de ça, de l'essentiel, de la vie, l'amour, la mort. Et ce n'est jamais plombant.

1. PJ Harvey à Rock en Seine le 26/08
Mais alors, qui pouvait battre Metronomy en famille ou les Flaming Lips au Bataclan ? La reine PJ évidemment. Pourtant, je gardais un souvenir mitigé de ma seule précédente rencontre live avec l'anglaise au moment de la sortie de "Let England Shake" : trop froid, trop retenu. A Rock en Seine, ce fut un déluge de maîtrise, mais aussi un déluge d'émotions. A l'image d'un Nick Cave, elle est accompagnée sur scène, d'un groupe exceptionnel. Toutes les chansons prennent une dimension mystique sur scène, on est comme en apesanteur, suspendu aux lèvres de la chanteuse. On souhaite que jamais cela ne s'arrête. "A moment in time", comme disent les anglais.

Commentaires

  1. L'avantage d'habiter Paris...;)
    Bon moi j'ai surtout vu Vincent Delerm cette année...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eheh, c'est bien aussi Vincent Delerm. C'est vrai, je me plains, mais on est quand même privilégié dans les grandes villes ;-)

      Supprimer
  2. concerts 2017=Micah P. Hinson,The Bats, Woods à Lyon et King Lizard et Thee o'Sees à Nîmes. The Bats en tête en fait, concert parfait, le goût de l'adolescence, une péniche surchauffée par la canicule et les membres du groupe qui ne veulent pas aller se coucher...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. The Bats, oui, voilà un groupe que j'aimerais bien voir en live...

      Supprimer
  3. Pour moi sans hésitation "Future Islands" à L'Epicerie Moderne - Feyzin - Lâchez la bête !!! ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…