17 mars 2017

Real Estate - In Mind

Ça commence comme une évidence, "Darling", le tube indie pop parfait : les guitares aux lignes claires qui tourbillonnent et dont la mélodie obsède immédiatement, la voix de velours à la Elliott Smith qui vient à peine perturber l'ensemble, se contentant d'accompagner en douceur. Avec un tel début d'album, on est prêt à suivre les New-yorkais de Real Estate n'importe où. "Darling" est la force et en même temps la faiblesse du disque, il embarque tout de suite l'auditeur mais il provoque aussi une légère déception, car bien sûr, le reste n'est pas si accrocheur. La formation a pourtant l'intelligence de terminer par "Saturday", sans doute le deuxième titre le plus efficace du lot, histoire de débuter et clôturer en beauté et de laisser une excellente impression d'ensemble.
Martin Courtney débarrassé (définitivement ?) de son ex acolyte Matt Mondanile, parti s'occuper à plein temps de son projet Ducktails montre si besoin était que le son de Real Estate, c'était aussi (et surtout) lui. "In Mind" ne perturbera donc pas les fidèles suiveurs du groupe. La musique reste la même, facilement reconnaissable au jeu de guitare fluide. Real Estate s'impose donc comme une formation qui compte, loin d'une quelconque hype, avec d'ores et déjà une solide discographie.

2 commentaires:

  1. C'est toujours pareil, reconnaissable dès les premières notes, et c'est toujours aussi bien. ..!

    RépondreSupprimer
  2. Ça reste du Real Estate donc excellent qualitativement, mais je suis un peu déçu après avoir été subjugué par les deux précédents, celui là est un peu plus plan plan, mais il gagne sans doute à la réécoute

    RépondreSupprimer