Accéder au contenu principal

The Pastels - Nothing To Be Done (1989)

Chaque année, je continue d'explorer, de découvrir des trésors cachés. Enfin, quelques fois cachés seulement de moi, ou plutôt ignorés, négligemment laissés de côté. Et puis, il suffit d'un nouvel album pour que le charme opère et que je me penche sur la discographie d'un groupe. En 2013, il y eut au moins Yo La Tengo et The Pastels. La formation de Stephen McRobbie est pourtant tout ce qu'il y a de plus avenante. Elle a influencé tout un pan du rock indépendant : sans eux, pas de Jesus and Mary Chain, de Shop Assistants, de Field Mice ou plus récemment The Pains of Being Pure at Heart. Mais, à ma décharge, leurs premiers disques restent en comparaison du formidable "Slow Summits", inaboutis, pas très constants. On peut tout de même y dénicher quelques pépites, comme ce "Nothing To be Done", morceau qui fait l'ouverture de leur deuxième album "Sittin' Pretty". Le style Pastels, c'est quoi ? C'est une pop mélodique, aux paroles fleurs bleues, qui refuse obstinément toute technicité, mais qui sait aussi s'orner de jolies enluminures. Pour preuve, l'utilisation régulière de cordes et d'instruments à vent et ce, dès leurs débuts. C'est aussi une simplicité non feinte ("Let me dump this stupid pride"). Je peux en témoigner depuis leur dernier passage à Rock en Seine. Les membres du groupe n'ont d'ailleurs pas lâché leur emploi, le chanteur est par exemple resté bibliothécaire à Glasgow. Lui et Katrina Mitchell à la batterie forment un de ces couples dont on rêverait avoir pour amis. "Simply nothing to be done, tell me, I'm the only one". Voilà leur philosophie. En inadéquation totale avec le monde moderne, qui nous voudrait hyper actif. Ils savent prendre le temps, comme attendre dix-sept ans entre deux disques. C'est pour toutes ces raisons qu'il faut aimer tendrement les Pastels.

Take my hand and take my heart
I shiver when you're near
Deliver me from everything that drives me, oh my dear

Accelerate your pain
White knuckles on the wheel again
Shut your mouth, let's move on out of here
Just try and keep it light
Or someone may get hurt tonight
Don't talk that way, don't talk that way, don't talk that way

Hold it there a second
Let me dump this stupid pride
I'm ready for you sweet-heart
Now my mind is open wide

Shut up and make it count
Your concentration paramount
Remember what was meant to be this year
The past is a disaster
And the future's coming faster now
What do you say we go and get a beer?

Simply nothing to be done
Oh tell me i'm the only one
Simply nothing to be done
Tell me I'm the only one

When i was young
I used to sing
I didn't care for anything
When i was young i used to sing
I didn't care for anything
Simply nothing to be done
Tell me I'm the only one
nothing to be done by The Pastels on Grooveshark

Commentaires

  1. Ah les Pastels, les années 89-90, grands souvenirs... Le rock indépendant, la noisy, les premières années des Inrocks, la chronique hebdomadaire d'Arnaud Viviant dans Libé...
    Ma préférée sur l'album c'était et c'est toujours (je l'ai réécouté) "Baby, you're just you".
    Cordialement,
    Denis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aime bien aussi "Baby, you're just you". Disons qu'avec "Nothing to be done", ce sont les deux meilleures, de loin. Le reste est assez bancal.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…