Accéder au contenu principal

Sebadoh - Defend Yourself

Tout avait pourtant bien commencé, comme une habitude cette année après les réévaluations à la hausse des discographies de Yo La Tengo ou des Pastels. C'était forcément le tour de Sebadoh. Surtout après l'écoute des deux premiers titres impeccables parus sur le web, extraits de ce "Defend Yourself" faisant suite au dernier simplement nommé "The Sebadoh", il y a quand même quatorze ans. "I Will" et "State Of Mind" font partie de ces chansons admirablement troussées dont on sait pourtant capable depuis longtemps Lou Barlow (ah... l'éternel "Soul and Fire"). Je guette à l'écoute intégrale du disque, le faux pas, le passage bourrin, aux relents "grunge", ou aux guitares casse bonbons, proches du hard rock, l'apanage de son pote Jay Mascis chez Dinosaur Jr. Il n'y en a pas vraiment, même si parfois, c'est dispensable.
L'écriture de Barlow a mûri, elle est moins brouillonne, elle est dans l'ensemble moins pénible - oui, je sais, les fans ne seront pas d'accord. Et si ce nouveau disque se défend bien tout seul, le fait qu'une bonne moitié me fait penser à du Pearl Jam le disqualifie d'emblée par rapport aux autres groupes redécouverts en 2013.  Il manque peut-être un John McEntire aux commandes, pour aérer cette musique, la rendre plus légère. Pas de chance, pas encore cette fois que Sebadoh me convaincra totalement, même si tout avait bien commencé.

Clip de "I Will" :

Commentaires

  1. C'est compris, je suis sous ton influence... partageant cette impression de "brouillon" qui reste subjective mais terriblement active lors de mes écoutes des albums passés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui et c'est tellement dommage, car par moments, Barlow est capable de petits miracles de pop songs dont lui seul a le secret.

      Supprimer
  2. Serieusement, Lou Barlow est (je m'excuse d'avance du qualificatif) plus bourrin que faiseur de miracle et je ne suis pas sur qu'economie de moyen suffise pour accoucher de bonnes chansons. Et pour avoir frequente le Lou, on peut pas dire que c'est une lumiere... ca va quand il matyrise sa basse dans l'un de mes groupes americains prefere des 90"s mais des qu'il s'exprime, ouh la, la gene....Et, pour info, lui et Jay sont pas vraiment potes, pas du tout meme mais bon faut bien bouffer et mon groupe prehistorique cheri sonne toujours incroyablement live suscitant toujours ici un enthousiasme mele de culte NeilYoungien (pas tres joli ca non plus...)sans bornes. A bientot Vincent! Gwen/melody Supreme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh, eh, marrant ça que tu n'apprécies pas plus que ça, Sebadoh...

      Supprimer
    2. Bourrin Lou Barlow ? Lui qui a accouché de morceaux comme Soul and Fire, On Fire, Too pure etc... C'est pas parcequ'un artiste (ou même n'importe qui) a du mal à s'exprimer qu'il est idiot. C'est même souvent le contraire

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…