Accéder au contenu principal

MGMT - MGMT

Après avoir voulu leur rabattre le caquet au moment de la sortie de leur deuxième disque, le pourtant bien nommé "Congratulations", je m'étais rapidement ravisé - pour preuve, sa deuxième place dans mon top albums 2010. MGMT n'était pas qu'un simple feu de paille, le groupe de deux tubes : "Time To Pretend" et "Kids". Le duo originaire de Brooklyn, au-delà de leur aspect de typiques hipsters new-yorkais, possède un réel talent pour composer une pop psychédélique particulièrement aguicheuse et entêtante. N'en déplaise à leurs détracteurs, leur deuxième essai fut plus qu'une confirmation, mais la révélation d'un groupe sur lequel il faudra désormais compter. Alors j'attendais ce nouvel opus, sans titre, comme un nouveau virage forcément passionnant de leur carrière. Car, s'il y a quelque chose qu'on ne peut leur reprocher, c'est leur constant renouvellement. Mais, pour une fois, les premiers titres annonciateurs sont plutôt décevants. "Alien Days" puis surtout "Your Life is a Lie" me laissent assez perplexes quant à l'intérêt de la suite. Et franchement, ma première impression fut cette fois la bonne. Ce troisième album ne décolle jamais vraiment. Oh, il n'est pas non plus complètement raté. C'est juste que je n'arrive pas à trouver sous le déluge d'effets sonores, un semblant de mélodies accrocheuses.
Comme si ces chansons n'étaient pas encore arrivées à maturité et que le duo nous balançaient des "work in progress", étrange de la part d'un groupe ayant un tel suivi médiatique. Ce n'est pas encore un suicide commercial - même si on voit mal quel single extrait du disque pourrait cartonner, "Introspection" à la rigueur -, mais c'est un aveu supplémentaire de vouloir sortir du rang. Et rien que pour ça, pour cette perpétuelle volonté d'évolution, tant pis si c'est un pas de côté ou pire en arrière, j'attendrai encore un peu avant de leur rabattre le caquet.

Clip de "Your Life Is A Lie" :

Clip de "Cool Song n°2" :

Album en écoute sur Deezer.

Commentaires

  1. Exactement ce que j'ai ressenti, c'est à dire pas grand chose, un superficiel, un ah bon c'est déjà fini et pas grand chose qui donne envie d'y retourner, bref ... une déception que ne semble pas relever l'écoute répétitive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je confirme, même après plusieurs écoutes, c'est toujours décevant.

      Supprimer
  2. Moi j'arrive pas à passer la première, rien que leur nom désormais, me fait mal au crâne... je crois que j'ai abandonné depuis longtemps... Du psyché rock dur à avaler, bordélique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bordélique, pas tant que ça, on est encore loin des Flaming Lips, hein ?
      C'est juste plus plat qu'à l'accoutumée. "Your Life is a Lie", franchement, c'est basique.

      Supprimer
  3. Plutôt d'accord avec toi. Personnellement, rien ne me rebute vraiment, mais je trouve mon compte surtout dans les plages plus mélodieuses de l'album (le début, Alien Days en tête, et Plenty of Girls in the Sea, qui est quand même assez obsédante, et a une immédiateté qui en fait presque un classique instantané pour ma part). Ceci dit, les plages plus barrées, bien que mois accrocheuses, sont très intéressantes aussi. C'était couillu de sortir un album comme ça, tout en jams et en brouillons, c'est réussi dans son genre. Même si je le réécouterais sans doute moins souvent que Congratulations, j'y retournerais avec plaisir quand même.
    Bref, pour moi ce n'est ni un chef d'œuvre ni une plantade, juste un bon album. Et c'est déjà pas mal :)
    En tous les cas, on sent que les mecs ont beaucoup écouté les derniers Flaming Lips.
    Et dans le 1er album, il y avait des chansons tout à fait bonnes hors des deux "tubes" ;)

    Alexandre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Congratulations" reste mon préféré de loin. J'espère en tout cas qu'ils continueront d'évoluer et que ce disque ne sera qu'un "petit" accident de parcours.

      Supprimer
    2. Congratulations est aussi de trèèèès loin mon préféré d'eux. Une grande réussite, que je ne cesse de réévaluer à chaque écoute. J'ai bien peur qu'ils aient délaissé toute velléité mélodique. J'espère que non, ils excellent vraiment dans l'art de la chanson pop parfaite avec des centaines d'idées dedans.
      Mais ça reste leur groupe, c'est à eux de choisir leur direction. Néanmoins, ça reste dommage d'avoir abandonné l'ambition folle de la période Congratulations, d'arriver à faire une musique exigeante qui puisse aussi plaire aux masses, pour le nouveau credo du "moins on est écouté, mieux on se porte".

      Alexandre

      Supprimer
  4. Bon, bah moi je ne suis pas d'accord, c'est un très bon album qui demande plusieurs écoute
    http://lucasparax.over-blog.com/article-mgmt-de-mgmt-ou-la-critique-eponyme-de-l-opus-du-meme-nom-et-inversement-120217059.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bah pour moi, même après plusieurs écoutes, le constat est le même... Ma première impression persiste...

      Supprimer
  5. Congratulations est le troisième album de MGMT, puisque qu'il y a eu "Climbing to new Lows" quand le groupe s'appelait encore The Management. Et pour ma part, c'est celui que je préfère et loin devant congratulations qui manque d'originalité.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…