Accéder au contenu principal

TaughtMe - Am I Old ?

"Suis-je vieux ?". Voilà une question que tout le monde finit un jour par se poser. Parce qu'au travail, des plus jeunes viennent prendre votre place. Parce qu'à la maison, vos enfants vous le font constamment ressentir. Parce que chaque jour voit apparaître des nouveautés qui vous dépassent ou pire, vous laissent complètement indifférent. La musique de Blake Henderson est de cet âge-là, celui du questionnement sur le temps qui passe, celui qui nous reste et celui qui, déjà, s'en est allé. Elle possède trop d'aspérités pour qu'on la considère comme de première jeunesse, mais il lui manque la fluidité et la sagesse liées au grand âge. Encore précieuse, elle a l'ambition des gens qui continuent d'y croire. "Taught me", au passé, comme si l'heure n'était plus à l'apprentissage. Comme si était maintenant venu le moment crucial du choix.
Comme si c'était déjà quitte ou double. La carrière de Henderson en est peut-être arrivée là, après 4 albums anonymement reçus. "Am I Old?" est un étonnant mélange de Antony Hegarty pour la sensibilité à fleur de peau qui transpire à chaque seconde et de mes chouchous des Parenthetical Girls pour les mélodies baroques et un poil maniérées. Difficile au final de faire un choix définitif. Disons que le disque continue d'attiser la curiosité après plusieurs écoutes, ce qui n'est évidemment pas un signe de sénilité.

Clip de "Well Maybe" :

Commentaires

  1. Mon humeur reste enjouée, mais j'ai été conquis par les extraits et ta chronique. J'ai même ajouté dans mes recherches d'ogre musical le "Parenthetical Girls" et je vais me chercher Taughtme.
    Merci

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…