Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2012

Top Albums 1998

Où comment un groupe à l'allure de péquenots sortis du fin fond de l'Amérique a acquis le statut culte au fil des années ? "In The Aeroplane Over The Sea" est un miracle fait disque. A l'époque, en 1998, pas grand monde pour prédire un tel avenir à la formation de Jeff Mangum et à son chef d'oeuvre. Pas moi en tout cas, je n'ai fait leur découverte que bien plus tard, par l'intermédiaire de Pitchfork. Mais comme tous ceux qui ont un jour eu la chance de l'écouter, j'en suis immédiatement tombé sous le charme. Pourtant, de prime abord, ce disque n'a pas grand chose pour plaire : une musique folk déglinguée qui part dans tous les sens, une voix éraillée sonnant souvent faux, mais une émotion qui vous colle constamment aux tripes. Peu importe la forme, quand le fond est aussi universel. Voilà, après l'évident disque de l'année 1998, que dire des autres ? Que cette année était quand même vachement bien ! Mercury Rev sortait avec "…

Quels disques pour 2012 ?

Vous l'avez compris lors de mon précédent post. Je vais donc m'en tenir là pour les disques de 2012. L'heure des bilans approche déjà à grands pas et j'avoue pour une fois avoir bien du mal à placer un disque au-dessus des autres. Comme les années précédentes, je vous propose aujourd'hui de faire des échanges de musique à écouter. Vous trouverez ma liste de 60 albums dans l'ordre chronologique ci-dessous. Pour plus de détails, c'est . J'attends la votre - pas forcément, 60, hein, faut pas déconner quand même - ou plutôt les disques de votre liste que j'aurais malencontreusement oublié. Parce que tenir un blog, c'est d'abord pour échanger. Je vous ferai très prochainement un rapide topo de ce que vous aurez bien voulu me conseiller. En espérant y faire de belles découvertes. Merci à vous.
Trailer Trash Tracys - Ester
Laura Gibson - La Grande
Django Django - Django Django
Hospitality - Hospitality
Of Montreal - Paralytic Stalks
Shearwater -…

Matthew Dear - Beams

Soixantième et dernier disque chroniqué ici pour 2012 - ben oui, quitte à terminer sur un nombre rond -, "Beams" est finalement sorti vainqueur de la liste pléthorique d'albums parus cette année et encore en attente d'être discuté sur ce blog. Il faut dire que la nouvelle parution du presque vétéran - son premier essai date déjà de 2003 - de l'électro américaine, le très smart Matthew Dear, avait de quoi appâter le chaland, fan de Bowie que je suis. On pense évidemment à la période berlinoise de ce dernier, mais aussi à un James Murphy en moins punk ou à un Brian Eno trop barré pour passer en fond sonore chez "Nature et Découvertes" (son "Lux", quel ennui !) J'aurais pourtant aimé que ce "Beams" ait parfois la pêche du premier ou l'accroche mélodique du deuxième pendant sa période faste des années 70.
Sur deux titres, il montre qu'il en a pourtant les capacités : l'excité "Overtime" ou le bien nommé "D…

BMX Bandits - BMX Bandits in Space

Après le superbe "Tadaloora" de Phantom Buffalo, voici un nouveau beau concept-album d'un groupe que j'avais jusque là honteusement ignoré : les BMX Bandits. Il faut dire que leur nom ne me disait rien qui vaille et que je pensais à tort y trouver une musique punk hardcore FM, dans l'esprit des lourdingues Greenday ou Offspring. Autre point qui ne joue pas en leur faveur, l'improbable film australien homonyme, où l'on découvre une jeune Nicole Kidman, encore rousse et bouclée, adepte du VTT. Que ne m'étais-je pas trompé, les BMX Bandits font partie de la même école pop tendance shoegaze que les Boo Radleys ou autres Teenage Fanclub. D'ailleurs, Norman Blake, l'un des plus éminents membres de ces derniers vient prêter ici main forte. Autre aspect positif, leur signature sur le label espagnol Elefant Records, bien connu pour son catalogue "pop de chambre" (ou twee-pop) de qualité.
Le résultat est un agréable disque rempli de mélodies …

Phantom Buffalo - Tadaloora

La fin d'année approchant, me voici à la recherche des disques oubliés de 2012, car il y en a forcément. Je décortique donc les blogs, les sites musicaux et s'il y en a un qui possède des goûts très sûrs, il s'agit bien de Popnews, - même si la respectable France Musique ou encore l'ami Blake en parlent aussi - surtout, comme son nom l'indique, quand il est question de pop. "Tadaloora" des Phantom Buffalo est un petit miracle du genre, de ceux qu'on entend que très rarement. C'est bien simple, je pense d'emblée aux récents Leisure Society, voire plus haut, jusqu'au meilleur de Belle & Sebastian, en 1996. 16 ans d'attente, rien de moins. Cette voix légère, fluette, asexuée, ces arrangements aux petits oignons, ces mélodies en forme de poupées russes qui tutoient régulièrement les cieux (les anges?), ça n'arrive pas tous les jours.
Et dès la première écoute, Phantom Buffalo m'a fait oublier toutes les autres découvertes glan…

Pulp, Tristesse Contemporaine - Festival Inrocks Volkswagen - Paris, Olympia - 13 novembre 2012

Rien que pour cette soirée, le festival des Inrocks surpassait celui de Pitchfork. Faire venir et reformer pour l'occasion, le mirifique Jarvis Cocker et sa bande, plus de 20 ans après leur première venue à Paris, c'était bien vu. Car contrairement à nombre de vieux de la vieille, Pulp garde une énergie à toute épreuve. Enfin, surtout son increvable chanteur, qui, même si sa dégaine de dandy clochard lui fait paraître bien son âge (49 ans quand même!), il semble impossible ou presque de ne pas tomber sous le charme du monsieur et de son humour anglais à la constante dérision. Mais avant de parler des stars d'un soir, il y avait tout de même une première partie choisie d'ailleurs par Cocker lui même : Tristesse Contemporaine. Une drôle d'électro répétitive aux intonations hip-hop proches d'un Tricky pour le chant, des guitares que n'auraient pas renié Robert Smith et des claviers dans l'esprit d'un LCD Soundsystem. Pas vraiment le genre de musique t…

Benjamin Biolay, Yan Wagner, Mai Lan - Festival Inrocks Volkswagen - Paris, La Cigale - 11 novembre 2012

Aujourd'hui, pour la première fois sur ce blog, ce n'est pas moi qui vous raconte un concert. Et oui, mercredi dernier, je vous faisais gagner une place pour aller voir Benjamin Biolay à la Cigale en échange d'une petite bafouille sur le sujet. Et donc, la gagnante s'appelle Morgane et voici le retour qu'elle m'a fait de la soirée :

5 ans  et 3 albums plus tard et me voilà de nouveau, devant la Cigale, pour écouter ce cher Benjamin Biolay. C’est en effet une sélection d’artistes exclusivement Français,  que nous a proposé hier soir la 25ème édition du festival des Inrocks.

C’est la jeune et jolie Mai Lan qui ouvre le bal de sa pop acidulée. Chanteuse inconnue du grand public jusqu’à la fameuse pub SFR, qui dévoilera son Tube "Easy", c’est avec ses deux complices qu’elle nous invite à partager quelques titres de son premier album éponyme. Au début, un peu réticente à l’idée de devoir attendre deux heures la tête d’affiche, je me laisse pourtant très rap…

Top albums 1999

ça y est, nous y voilà, les années 90 ! Dans mon objectif démesuré de balayer dans l'ordre décroissant chaque année musicale à travers seulement 10 disques, me voici arrivé au siècle précédent. Que se passait-il à ce moment-là ? Si les belges se taillaient la part du lion, avec les excellents Deus et Venus, dans la bataille du meilleur pays rock en dehors de l'indétrônable axe américano-britannique. Dominique A, toujours lui, permettait presque à lui seul à la France de conserver la face avec un disque qui fera date, sept ans après la mythique "Fossette". En ce qui concerne maintenant, le duel des deux côtés de l'Atlantique, match nul ou presque. La pop américaine est à son zénith depuis un bail avec les meilleurs disques respectifs des groupes ludiques et loufoques Magnetic Fields et Flaming Lips. Mes chouchous Hefner et la classe retrouvée de XTC permettent à l'Angleterre de pavoiser aussi. Puis, on notera le jazz-folk au ralenti de Spain, plus lumineux en…

Here We Go Magic, Half Moon Run, Andy Burrows - Festival les Inrocks Volkswagen - Paris, Divan du Monde - 6 novembre 2012

Cette soirée aura été marquée sous le signe des défections. Celle de la tête d'affiche d'abord, Andrew Bird, il y a déjà quelques mois de cela. Puis plus récemment des anglais de Arthur Beatrice. Les deux noms les plus intéressants de la programmation diront les mauvaises langues. Un changement de salle plus tard et la présence d'un dénommé Andy Burrows, l'ancien batteur des très dispensables Razorlight, en lieu et place de Arthur Beatrice, la soirée pouvait quand même avoir lieu. J'arrive juste à temps pour le début des festivités avec donc ce Burrows, qui me fait tout de suite regretter de ne pas y être resté plus longtemps encore, au bureau. Parce que sa pop est plate à souhait et n'est pas sans rappeler par moments ce célèbre geignard de James Blunt. On s'ennuie ferme, même si le gars a des faux airs de Lawrence Arabia, il n'en a pas le talent mélodique. Aux remerciements usuels du bonhomme après les quelques applaudissements du public, un gars prè…

Concours : 1 place à gagner pour le concert de Benjamin Biolay le 11 novembre à la Cigale

Oui, je sais, c'est plutôt rare que je propose ainsi sur La musique à papa une invitation pour un concert. En plus, pas pour n'importe quel concert, puisqu'il s'agit de la venue de celui dont le nouveau disque est en première place des ventes en France depuis sa sortie en début de semaine. Rajouter à cela le fait que la soirée, dans le cadre du festival des Inrocks Volkswagen, est complète depuis plusieurs semaines. Autant vous dire que c'est du lourd. Pour gagner le précieux sésame (désolé il n'y a qu'une seule place à prendre), il faudra faire preuve d'un peu d'imagination. Me dire en quelques mots, pourquoi vous tenez tant à y aller, faire en quelque sorte une lettre de motivation. Oui, je sais, c'est chiant, mais sachez que dans ce bas monde, on a rien sans un peu d'effort et de sueur. Vous m'envoyez la bafouille en question à l'adresse suivante : lamusiqueapapa@gmail.com et dans la journée de demain, je sélectionne celle que je…

Motorama - Calendar

On ressent d'emblée pour cet album de Motorama la même certitude que celle observée pour les révélations que furent les premières écoutes de Interpol ou The National. Cette conviction de tenir une musique qui nous suivra un bon bout de temps, à la fois simple et directe en apparence tout en étant profonde et complexe. La référence aux deux formations précitées n'est pas anodine, car leur influence - en plus mélodique peut-être - est évidente chez Motorama. Devinant qu'à leur image, ces chansons prennent encore plus d'ampleur en concert. En tout cas, voici un groupe dont on aurait sans doute jamais entendu parler dans nos contrées sans l'excellent travail de défrichage du label bordelais Talitres. Parce qu'il fallait avoir l'idée d'aller traîner ses oreilles en Russie et de signer un groupe de rock local. Motorama ne sera probablement jamais aussi connu que les Pussy Riots, ne déclenchant la colère d'aucune autorité qu'elle soit politique …